Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

The lunchbox de Ritesh Batra

En Inde, les traditions n'ont pas toutes disparu. Ainsi les femmes cuisinent encore pour leur maris des lunchbox, savoureuses petites compilations de plats qu'ils mangeront à l'heure du déjeuner. Et la livraison est assurée par des livreurs en vélo, en carriole, les « dabbawalahs ». Le film s'ouvre sur une scène impressionnante de leurs slaloms à travers la circulation insensée de Bombay. Impossible de comprendre l'organisation de ces coursiers souvent illétrés, qui semble pour le moins anarchique pour un œil européen, mais qui néanmoins a montré son efficacité. D'après une étude de l'université de Harvard, seule une lunchbox sur un million ne serait pas livrée au bon endroit grâce à un système de codage complexe de chiffres et de couleurs.

C'est pourtant ce qui va arriver à Ila, jeune femme au foyer, et Saajan, comptable proche de la retraite, qui n'auraient jamais du se rencontrer jusqu'au jour où la gamelle de l'une va se retrouver sur le bureau de l'autre. Une lunchbox que l'épouse avait amoureusement préparée pour ramener vers elle son mari de plus en plus distant puisque dit-elle « satisfaire l'estomac c'est séduire le cœur ».

La jeune femme comprend instantanément la méprise mais continue à cuisiner pour cet inconnu qui ne le restera pas longtemps. En effet, un échange de lettres s'instaure dans un premier temps sur des considérations purement gastronomiques devenant au fil des jours de plus en plus personnel.

Pour son 1er film, Ritesh Batra sort des sentiers balisés du kitsch bollywoodien et raconte la société indienne où régne une cohabitation des cultures plus qu'une réelle mixité. Les Indiens sont encore fortement déterminés par leur appartenance sociale et culturelle même si les envies d'indépendance et d'émancipation gagnent du terrain. Saajan et Ila représentent cette nouvelle classe moyenne qui a pu accéder à un certain confort matériel et va se libérer peu à peu des schémas traditionnels. Pour autant, ils ne se reconnaissent pas dans la société de consommation, préfèrent les chansons et émissions des années 80, s'écrivent des lettres à l'heure d'Internet et des réseaux sociaux. Dans une course effreinée vers la modernité, dans un Bombay bruyant et surpeuplé, les personnages imposent un autre rythme, perpétuent les anciens codes amoureux, se laissent gagner par la mélancolie et la solitude.

En occultant l'aspect carte postale, The Lunchbox invite à un voyage sensuel et savoureux avec un propos plus profond qu'il n'y paraît, plus universel aussi. Car cette incroyable histoire ne semble nous dire qu'une chose, n'écoutez que vous-mêmes et ne vous fiez pas aux conventions.

The lunchbox de Ritesh Batra avec Irrfan Khan, Nimrat Kaur, Nawazuddin Siddiqui. Sortie en salle le 11 décembre. Durée du film : 1h42

Tag(s) : #Films

Partager cet article

Repost 0